Canada to boost defence, cyber security in Indo-Pacific policy, focus on ‘disruptive’ China

Canada to boost defence, cyber security in Indo-Pacific policy, focus on 'disruptive' China

OTTAWA, 27 novembre (Reuters) – Le Canada a lancé dimanche sa stratégie indo-pacifique tant attendue, prévoyant des dépenses de 2,3 milliards de dollars canadiens (1,7 milliard de dollars) pour renforcer la sécurité militaire et la cybersécurité dans la région et s’est engagé à faire face à une Chine “perturbatrice”. tout en travaillant avec elle sur les changements climatiques et les questions commerciales.

Le plan détaillé dans un document de 26 pages indique que le Canada resserrera les règles sur les investissements étrangers pour protéger la propriété intellectuelle et empêcher les entreprises d’État chinoises de s’emparer des approvisionnements essentiels en minéraux.

Le Canada cherche à approfondir ses liens avec une région indo-pacifique à croissance rapide de 40 pays représentant près de 50 billions de dollars canadiens en activité économique. Mais l’accent est mis sur la Chine, mentionnée plus de 50 fois, à un moment où les relations bilatérales sont glaciales.

Lors d’une conférence de presse à Vancouver, quatre ministres du Cabinet ont à tour de rôle détaillé le nouveau plan, affirmant que la stratégie était cruciale pour la sécurité nationale et le climat du Canada ainsi que pour ses objectifs économiques.

“Nous allons nous engager dans la diplomatie parce que nous pensons que la diplomatie est une force, en même temps nous serons fermes et c’est pourquoi nous avons maintenant un plan très transparent pour nous engager avec la Chine”, a déclaré la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly.

Le gouvernement libéral du premier ministre Justin Trudeau veut diversifier les liens commerciaux et économiques qui dépendent massivement des États-Unis. Les données officielles de septembre montrent que le commerce bilatéral avec la Chine représentait moins de 7 % du total, contre 68 % pour les États-Unis.

La sensibilisation du Canada aux alliés asiatiques survient également alors que Washington a montré des signes de plus en plus méfiants à l’égard du libre-échange ces dernières années.

Le document souligne le dilemme du Canada dans l’établissement de liens avec la Chine, qui offre des opportunités importantes aux exportateurs canadiens, alors même que Pékin cherche à façonner l’ordre international dans un “environnement plus permissif pour les intérêts et les valeurs qui s’écartent de plus en plus des nôtres”, a-t-il ajouté.

DÉFI CHINOIS

Pourtant, le document indique que la coopération avec la deuxième économie mondiale est nécessaire pour faire face à certaines des “pressions existentielles mondiales”, notamment le changement climatique, la santé mondiale et la prolifération nucléaire.

“La Chine est une puissance mondiale de plus en plus perturbatrice”, a déclaré la stratégie. “Notre approche (…) est façonnée par une évaluation réaliste et lucide de la Chine d’aujourd’hui. Dans les domaines de profond désaccord, nous défierons la Chine.”

Les tensions avec la Chine ont monté en flèche à la fin de 2018 après que la police canadienne a arrêté un dirigeant de Huawei Technologies et que Pékin a ensuite arrêté deux Canadiens accusés d’espionnage. Tous les trois ont été libérés l’an dernier, mais les relations restent aigres.

Plus tôt ce mois-ci, le Canada a ordonné à trois entreprises chinoises de céder leurs investissements dans les minéraux critiques canadiens, invoquant la sécurité nationale.

Le document, dans une section mentionnant la Chine, indique qu’Ottawa examinera et mettra à jour la législation lui permettant d’agir “de manière décisive lorsque les investissements d’entreprises publiques et d’autres entités étrangères menacent notre sécurité nationale, y compris nos chaînes d’approvisionnement en minéraux critiques”.

“Parce que la région est à la fois vaste et diversifiée, une taille unique ne convient certainement pas à tous”, a déclaré le président de la Chambre de commerce du Canada, Perrin Beatty, dans un communiqué, ajoutant que les priorités du Canada devront être très nuancées entre et au sein des pays.

Le document indique que le Canada renforcera sa présence navale dans la région et “augmentera notre engagement militaire et notre capacité de renseignement afin d’atténuer les comportements coercitifs et les menaces à la sécurité régionale”.

Cela comprendrait le déploiement annuel de trois frégates dans la région, contre deux actuellement, ainsi que la participation d’aviateurs et de soldats canadiens à des exercices militaires régionaux, a déclaré la ministre de la Défense Anita Anand lors d’une conférence de presse distincte.

Le Canada appartient au Groupe des sept grands pays industrialisés, qui veut des mesures importantes en réponse aux lancements de missiles nord-coréens.

Le document indique qu’Ottawa s’engage dans la région avec des partenaires tels que les États-Unis et l’Union européenne.

Le Canada devait continuer à parler aux nations avec lesquelles il avait des désaccords fondamentaux, a-t-il dit, mais ne les a pas nommés.

(1 $ = 1,3377 dollar canadien)

Reportage de David Ljunggren; Montage par Denny Thomas, Leslie Adler, Daniel Wallis et Mark Porter

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

david ljunggren

Thomson Reuters

Couvre les nouvelles politiques, économiques et générales du Canada ainsi que les dernières nouvelles à travers l’Amérique du Nord, auparavant basé à Londres et à Moscou et lauréat du scoop du Trésor de l’année de Reuters.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *