China’s Xi confronts Canada’s Trudeau at G20 over media leaks

China's Xi confronts Canada's Trudeau at G20 over media leaks

BEIJING, 16 novembre (Reuters) – Le président chinois Xi Jinping a critiqué mercredi le Premier ministre canadien Justin Trudeau en personne pour des fuites présumées de leur réunion à huis clos au sommet du G20, une rare manifestation publique d’agacement de la part du dirigeant chinois.

Dans des séquences vidéo publiées par des diffuseurs canadiens, Xi et Trudeau peuvent être vus debout l’un près de l’autre et conversant via un traducteur lors du sommet sur l’île indonésienne de Bali.

“Ce n’est pas approprié, et nous ne l’avons pas fait de cette façon”, a déclaré Xi en mandarin en souriant.

“S’il y a de la sincérité, nous pouvons bien communiquer dans le respect mutuel, sinon le résultat ne sera pas facile à dire.”

Son mécontentement était probablement une référence aux reportages des médias selon lesquels Trudeau avait soulevé de “sérieuses inquiétudes” concernant l’espionnage présumé et “l’ingérence” chinoise dans les élections canadiennes lors de sa rencontre avec Xi mardi, ses premiers entretiens avec le dirigeant chinois en plus de trois ans.

Un traducteur de Xi peut être entendu dans la vidéo disant à Trudeau que “tout ce dont nous avons discuté a été divulgué au(x) journal(s), ce n’est pas approprié”.

La vidéo a capturé un rare moment franc pour Xi, dont l’image est soigneusement organisée par les médias d’État chinois.

Trudeau répond à la critique initiale de Xi en disant : « Au Canada, nous croyons en un dialogue libre, ouvert et franc et c’est ce que nous continuerons d’avoir, nous continuerons à chercher à travailler ensemble de manière constructive, mais il y aura des choses sur lesquelles nous ne serons pas d’accord.

Avant qu’il ait fini de parler, cependant, Xi, l’air légèrement exaspéré, le coupe et dit : “Créez les conditions, créez les conditions, d’accord ?” avant de sourire, de serrer la main de Trudeau et de s’éloigner.

Ni le ministère chinois des Affaires étrangères ni les médias d’État n’ont publié quoi que ce soit sur les pourparlers entre Xi et Trudeau. Les deux hommes ont tenu mardi une réunion informelle de 10 minutes en marge du sommet du G20, selon une source gouvernementale. Xi a tenu neuf réunions bilatérales officielles avec d’autres chefs d’État lors du sommet, selon le site Internet du ministère chinois des Affaires étrangères.

Le Canada n’a jamais publié de compte rendu officiel de la réunion, mais Trudeau a confirmé la conversation et les points qu’il a soulevés auprès de Xi lors d’une conférence de presse à la fin du G20.

“Le Canada confie à ses citoyens des informations sur les conversations que nous avons en leur nom en tant que gouvernement”, a déclaré Trudeau selon une transcription de la conférence de presse.

Trudeau a ajouté que toutes les conversations avec les dirigeants n’allaient pas être faciles, mais a souligné que les “systèmes” dans les deux pays sont différents et qu’en Chine “il n’y a pas toujours la même ouverture qu’un dirigeant démocrate peut et doit avoir avec ses citoyens”.

L’échange court mais révélateur Xi-Trudeau a mis en lumière les tensions entre la Chine et le Canada, qui sont montées depuis l’arrestation du dirigeant chinois de Huawei Technologies, Meng Wanzhou, en 2018 et l’arrestation ultérieure par Pékin de deux Canadiens accusés d’espionnage. Tous les trois ont ensuite été libérés.

Malgré la libération, les tensions ont récemment refait surface.

Un employé d’Hydro-Québec, le plus grand producteur d’électricité au Canada, impliqué dans des recherches sur des matériaux de batterie, a été accusé d’espionnage pour avoir prétendument tenté de voler des secrets commerciaux au profit de la Chine, a annoncé lundi la police canadienne.

La nouvelle de l’arrestation est arrivée alors que Trudeau et Xi assistaient au sommet du G20.

Ce mois-ci, le Canada a ordonné à trois entreprises chinoises de se départir de leurs investissements dans les minéraux critiques canadiens, invoquant la sécurité nationale.

Écrit par Eduardo Baptista et Steve Scherer à Ottawa; Montage par Mark Heinrich et Josie Kao

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *