Live updates: Russia’s war in Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine a signé mercredi un décret qui place la centrale nucléaire de Zaporizhzhia en Ukraine sous le contrôle involontaire de l’État russe – et modifie la constitution du pays en admettant de nouvelles régions dans la Fédération de Russie.

L’annexion de Zaporizhzhia et de trois autres régions est illégale au regard du droit international et a été largement condamnée par la communauté internationale.

Malgré l’opposition internationale à cette décision, Poutine a également chargé le cabinet de déterminer comment réglementer et exploiter l’usine de Zaporizhzhia – qui est sous contrôle militaire russe de force depuis mars – jusqu’en 2028.

Juste au moment où Poutine signait le décret, l’opérateur nucléaire d’État ukrainien, Energoatom, a déclaré que son président assumerait les fonctions de directeur général de la centrale.

Petro Kotin, président d’Energoatom, a déclaré dans une allocution vidéo aux employés de la centrale : « Conformément à la législation en vigueur, aux documents d’approbation et réglementaires, j’ai décidé de prendre les fonctions de directeur général de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia. ”

Il a déclaré que l’administration de l’usine serait transférée directement à Kyiv suite à la détention par des responsables russes du directeur général de l’usine, Ihor Murashov. Mardi, l’AIEA a déclaré que Murashov ne poursuivrait pas ses fonctions à la centrale nucléaire après sa libération de détention russe.

Kotin a également noté que les problèmes opérationnels de l’usine seraient résolus par le personnel technique en accord avec le bureau central de l’entreprise.

Intervention de l’AIEA : Le chef du chien de garde nucléaire de l’ONU, Rafael Grossi, était à Kyiv jeudi pour discuter de ses appels à établir une zone de sécurité nucléaire autour de la centrale “dès que possible”, a indiqué l’AIEA dans un communiqué. Grossi se rendra également en Russie dans les prochains jours.

Grossi a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il n’était toujours pas clair quelles étaient les “conséquences pratiques” de la décision de la Russie de saisir l’usine, mais il discuterait de ces questions lors de réunions de haut niveau à Moscou. Il a également déclaré que l’AIEA considère l’installation ukrainienne.

« Nous voulons que cette guerre s’arrête. La guerre doit s’arrêter immédiatement. La position de l’AIEA est que cette installation est une installation ukrainienne, mais je n’entre pas dans les commentaires sur les développements militaires », a déclaré Grossi.

“Pour nous, il est évident que puisqu’il s’agit d’une installation ukrainienne, la propriété (sic) appartient à Energatom”, a déclaré Grossi, faisant référence à l’agence nucléaire ukrainienne. « Nous sommes une agence internationale et nous sommes guidés par le droit international. Et comme vous le savez tous très bien, les annexions ne sont pas acceptées par le droit international.

Un peu de contexte : L’usine de Zaporizhzhia a fait l’objet d’un examen minutieux depuis son occupation peu après l’invasion russe fin février. Des bombardements russes intenses près de l’installation cet été ont fait craindre un accident nucléaire, ce qui a incité l’Agence internationale de l’énergie atomique à envoyer une équipe sur place.

La centrale nucléaire, avec six réacteurs, est la plus grande d’Europe. Il continue d’être dirigé par des techniciens ukrainiens, mais l’annexion forcée de Zaporizhzhia signifie que, selon la loi russe, il se trouve désormais sur le territoire russe.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *