New video shows massive explosion at building apparently occupied by Russian troops in Soledar

Les tours de refroidissement de la centrale nucléaire de Rivne à Varash, en Ukraine. (Michael Robinson Chavez/The Washington Post/Getty Images)

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique se rendra en Ukraine la semaine prochaine pour mettre en place une présence constante d’experts en sécurité dans toutes les centrales nucléaires du pays.

“Le directeur général Rafael Mariano Grossi se rendra en Ukraine la semaine prochaine pour établir une présence continue d’experts en sûreté et sécurité nucléaires dans toutes les installations nucléaires du pays, intensifiant considérablement les efforts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour aider à prévenir une catastrophe nucléaire. accident pendant le conflit militaire actuel », selon le communiqué de l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU.

Alors que la centrale nucléaire russe de Zaporizhzhia a déjà des membres de l’équipe de l’AIEA sur place, des experts seront également stationnés à la centrale nucléaire de Khmelnitsky dans l’ouest de l’Ukraine dans « les prochains jours ». L’AIEA a déclaré que Grossi se rendrait dans les centrales nucléaires du sud de l’Ukraine et de Rivne – ainsi que sur le site de Tchernobyl – pour mettre en place les missions de deux membres de l’AIEA sur chaque site.

Grossi rencontrera également de hauts responsables du gouvernement ukrainien à Kyiv pour discuter de la création d’une zone de sécurité et de sûreté nucléaire réclamée à plusieurs reprises autour de Zaporizhzhia. Kyiv a accusé la Russie d’utiliser la centrale comme couverture pour lancer des attaques, sachant que l’Ukraine ne pouvait pas riposter sans risquer de toucher l’un des six réacteurs de la centrale. Moscou, quant à lui, a affirmé que les troupes ukrainiennes ciblaient le site.

« Je reste déterminé à faire de la zone de protection dont nous avons tant besoin une réalité dès que possible. Mes consultations avec l’Ukraine et la Russie progressent, mais pas aussi vite qu’elles le devraient. Je garde espoir que nous pourrons nous mettre d’accord et mettre en œuvre la zone bientôt », a déclaré Grossi.

Selon le communiqué, la dernière ligne électrique de secours de 330 kilovolts restante de l’usine de Zaporizhzhia a été reconnectée à l’usine, après avoir connu des déconnexions la semaine dernière.

Grossi a également “réitéré ses sérieuses préoccupations concernant la pression à laquelle le personnel du ZNPP est confronté, avec des conséquences potentielles pour la sûreté et la sécurité nucléaires”, selon le communiqué.

“La réduction des effectifs du ZNPP, combinée au stress psychologique dû au conflit militaire en cours et à l’absence de membres de la famille qui ont fui la région, a créé une situation sans précédent qu’aucun personnel du NPP ne devrait avoir à endurer”, a-t-il déclaré.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *