S&P, Nasdaq extend losing streaks amid rising recession worries

S&P, Nasdaq extend losing streaks amid rising recession worries

  • Apple en baisse après que Morgan Stanley ait réduit son objectif d’expédition en décembre
  • Tesla tombe sur des soucis de perte de production
  • Carvana enregistre la pire baisse quotidienne de son histoire
  • Indices : Dow flat, S&P en baisse de 0,19 %, Nasdaq 0,51 %

7 décembre (Reuters) – Le S&P 500 et le Nasdaq ont fermé mercredi après une session agitée à Wall Street, alors que les investisseurs avaient du mal à saisir une direction claire alors qu’ils évaluaient comment le resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale pourrait se répercuter sur les entreprises américaines.

Pour l’indice de référence S&P 500 (.SPX), c’est la cinquième session consécutive qu’il a baissé, tandis que le Nasdaq (.IXIC) a terminé en baisse pour la quatrième fois consécutive. Le Dow a mis fin à une séquence de deux défaites consécutives, car il s’est terminé sans changement par rapport à la veille.

Le Nasdaq a été entraîné vers le bas par une baisse de 1,4 % d’Apple Inc (AAPL.O) suite à la réduction de l’objectif d’expédition d’iPhone de Morgan Stanley et une chute de 3,2 % de Tesla Inc (.IXIC) en raison de soucis de perte de production.

Les marchés ont également été secoués par les commentaires pessimistes des hauts dirigeants de Goldman Sachs Group Inc (GS.N), JPMorgan Chase & Co (JPM.N) et Bank of America Corp (BAC.N) mardi selon lesquels une récession légère à plus prononcée était probablement devant.

Les craintes que la banque centrale américaine ne s’en tienne à un cycle de hausse des taux plus long se sont intensifiées récemment dans le sillage des rapports sur l’emploi et le secteur des services.

Plus de données économiques, y compris les demandes hebdomadaires de chômage, l’indice des prix à la production et l’enquête sur le sentiment des consommateurs de l’Université du Michigan cette semaine, seront sur la liste de surveillance pour des indices sur ce à quoi s’attendre de la Fed le 14 décembre.

“On a l’impression que nous sommes dans cette période très incertaine où les investisseurs essaient de déterminer ce qui est le plus important, alors que les décideurs ralentissent les taux mais que les données ne jouent pas le rôle”, a déclaré Craig Erlam, analyste de marché senior chez OANDA.

“Le marché essaie d’équilibrer les vents contraires et les vents arrière, ce qui crée une certaine confusion.”

L’indice de volatilité CBOE (.VIX), également connu sous le nom de jauge de peur de Wall Street, a clôturé à 22,68, son plus haut niveau depuis le 18 novembre.

Les acteurs du marché monétaire voient une probabilité de 91 % que la Fed augmente son principal taux directeur de 50 points de base en décembre à 4,25 %-4,50 %, avec des taux culminant en mai 2023 à 4,93 %.

Le S&P 500 (.SPX) a perdu 7,34 points, ou 0,19%, pour clôturer à 3 933,92 et le Nasdaq Composite (.IXIC) a perdu 56,34 points, ou 0,51%, pour terminer à 10 958,55. Le Dow Jones Industrial Average (.DJI) était stable, terminant à 33 597,92.

Les inquiétudes concernant une forte hausse des coûts d’emprunt ont stimulé le dollar, mais ont pesé cette année sur la demande d’actifs à risque tels que les actions. Le S&P 500 est sur la bonne voie pour décrocher une séquence de trois victoires consécutives.

Trois des 11 principaux indices sectoriels S&P étaient plus élevés, dont celui de la santé (.SPXHC). La technologie (.SPLRCT) et les services de communication (.SPLRCL), en baisse respectivement de 0,5 et 0,9 %, ont été les moins performants.

Energy (.SPNY) a chuté pour sa cinquième session consécutive. La performance du secteur a été pesée par la nouvelle chute des prix du brut américain, s’établissant à son plus bas niveau en 2022, les inquiétudes concernant les perspectives de croissance mondiale ayant anéanti tous les gains depuis que l’invasion de l’Ukraine par la Russie a exacerbé la pire crise mondiale de l’approvisionnement énergétique depuis des décennies.

Carvana Co (CVNA.N) a connu sa pire journée en tant qu’entreprise publique, perdant près de la moitié de sa valeur boursière, après que Wedbush a déclassé l’action du détaillant de voitures d’occasion pour “sous-performer” de “neutre” et réduit son objectif de prix à 1 $.

Pendant ce temps, United Airlines (UAL.O) s’échangeait en baisse de 4,1 %. Les syndicats représentant divers travailleurs de la compagnie aérienne ont déclaré qu’ils uniraient leurs forces pour négocier des contrats.

Les actions liées aux voyages étaient généralement en baisse. Delta Air Lines (DAL.N) et American Airlines Group (AAL.O) ont respectivement baissé de 4,4% et 5,4%, avec les opérateurs de croisières Carnival Corp (CCL.N) et Norwegian Cruise Line Holdings (NCLH.N) et l’hébergement- lié Airbnb Inc (ABNB.O) et Booking Holdings (BKNG.O) tombant tous entre 1,7% et 4,4%.

Le volume sur les bourses américaines était de 10,29 milliards d’actions, contre une moyenne de 10,98 milliards pour la session complète au cours des 20 derniers jours de bourse.

Le S&P 500 a affiché sept nouveaux sommets sur 52 semaines et sept nouveaux creux ; le Nasdaq Composite a enregistré 61 nouveaux sommets et 307 nouveaux creux.

Reportage de Shubham Batra, Ankika Biswas, Johann M Cherian et Shashwat Chauhan à Bengaluru et David French à New York; Montage par Vinay Dwivedi, Shounak Dasgupta et Lisa Shumaker

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *